Conseil Municipal du 13 avril 2021

Encore un Conseil Municipal auquel nous ne participerons pas physiquement mais pour lequel nous avons travaillé sur une réflexion et à des propositions concernant l'ordre du jour largement investi par les questions budgétaires.


Cependant, voici les sujets pour lesquels nous avons invité la presse à nous écouter et à être encore une fois notre porte-voix




DOSSIER N°2 - AVIS D'ENQUÊTE CARRIÈRE MARONCELLI


Les agriculteurs se sont battus pour obtenir des compensations sur la destruction de leurs terres. Nous savons que c’est la solution du moins pire.

Comme nous l’avons déjà souligné en Conseil Communautaire CCPRO, il y a 2 omissions majeures :

1er point > il a été négocié avec les jeunes agriculteurs que la remise en état des terres se ferait au fur et à mesure des et non à la fin de l’exploitation. Ce qui est bien compréhensible car en 27 ans, il sera trop tard pour aider les jeunes agriculteurs déjà en difficulté devant la réduction inexorable des surfaces agricoles.

2e point > il a été négocié la construction d’un pont Bailey. Le Président s’est engagé, lors de la séance, à rectifier la délibération, hors à ce jour nous n’avons rien reçu et par ailleurs la même délibération sans rectification a été proposée lors de ce Conseil Municipal du 13 avril 2021.


Nous demandons expressément:

- que soit rajouté la progressivité de la remise en état des terres agricoles

- que soit rajouté la construction du pont Bailey

- que soit défini un espace protégé suffisamment large autour de la Chapelle de Gabet durant la durée d’exploitation afin que ce site ne soit pas détruit pour toujours et qu’on puisse lui redonner vie à la fin de l’exploitation.

- que le dossier relatif aux plantations de haies et d’essences locales annoncées nous soit communiqué



DOSSIER N°10 et N°11 - Délégation de Service Publique du THÉÂTRE ANTIQUE


Nous apprenons que Culturespaces va augmenter le prix d’entrée du Théâtre Antique afin «de valoriser la fréquentation du théâtre et du musée ».

Que veut dire « valoriser la fréquentation » ? L’accès au Théâtre ne serait proposé qu’à une certaine clientèle ?



L’augmentation prévue par entrée est de 50 cts.

Pas énorme ?! Oui, mais cette augmentation va amener le prix d'entrée à 10 € et rappelons-nous qu’en 2002 le prix s’élevait à 7 €.

Autre point: quand, en 2002, Culturespaces a pris la délégation du Théâtre Antique, l'organisation avait assuré la venue d'au moins 300 000 visiteurs par an.

Or, en 2002 la fréquentation a été de 167 000 visiteurs, en 2017, 164 700 et en 2018, 165 000.

L’augmentation prévue par Culturespaces est loin d’être atteinte.

En revanche, l’augmentation du chiffre d’affaires de la société est bien présente!

De 1 208 000 € en 2005, il est passé à 1 498 352 € en 2018 et à 1 612 449 € en 2019, soit une augmentation de plus de 7 % en 1 an et plus de 33% depuis 2002 (+ 584 000€),… alors que la redevance perçue par la ville n’a pas augmenté depuis le début : 480 270 € en 2003 et 475 296€ en 2019.

Enfin, ce nouveau contrat va laisser la gestion pour 10 ans encore, c’est-à-dire jusqu’en 2032 , et il pourra même être reconduit.

Nous revenons sur le fait que la ville a besoin d’une vraie politique culturelle et notamment autour de notre patrimoine. Cette nouvelle proposition de délégation ne montre rien en terme de nouveautés, le tarif va augmenter mais l’offre resterait la même.

Nous avons besoin d’un vrai parcours sur la Romanité, d’événements à la hauteur de ce Théâtre, de sa colline, un vrai nouveau musée, moderne et dans l’air du temps… Chaque année nous ne pouvons que constater les mêmes festivités autour et dans le théâtre, nous avons besoin de plus de créativités et pour cela la ville doit pouvoir porter de vrais projets avec la délégation de Culturespaces.



DOSSIERS N°28 au N°32 - BUDGET PRIMITIF 2021


Nous souhaitons dénoncer le choix machiavélique de la gestion Bompard.

Afin d’afficher une dette à zéro et des taxes qui n’augmentent pas à Orange, toutes les compétences en déficit ont été transférées à la CCPRO.

Depuis 25 ans, le choix politique des Bompard est la gestion clientéliste et à la petite semaine. C’est de l’affichage et un manque d’anticipation généralisée.

Que l’on ne s’y trompe pas, ce sont bien les Orangeois qui supportent la dette et l’augmentation des taxes à la CCPRO.


Exemple:

- Centre d’enfouissement Delta Déchets arrivé déjà à saturation il y a 10 ans.

Aucune solution n’a été anticipée alors que sa fermeture était inéluctable.

Et hop, compétence transférée à la CCPRO !

Résultat: une augmentation de la taxe des ordures ménagères des Orangeois passant de 7,65% en 2015 à 14,4% en 2021 soit le double !!!


- Tourisme : Orange est le cœur du réacteur du tourisme du Pays d’Orange avec 2 monuments classés à l’UNESCO et le plus ancien Festival d’Art Lyrique, les Chorégies d'Orange.

Mais le tourisme, ce n’est pas la tasse de thé de la majorité (sans doute parce que les touristes ne votent pas à Orange…)

Et hop, compétence transférée à la CCPRO !

Résultat: le choix de baisser le budget et de partager le Directeur de l'Office de Tourisme avec le Service Culturel de la ville


- Transports : 25 ans de sous investissement avec un parc de bus obsolètes et polluants, des projets de pistes cyclables toujours repoussés.

Et hop, compétence transférée à la CCPRO !

Résultat: vu que la CCPRO est endettée, elle n’aura pas les moyens de faire les investissements nécessaires.


Quand aux annonces d’investissements pour 2021, nous ferons le bilan en 2022 car beaucoup de promesses ne sont pas tenues. Ici encore, des effets d’annonces sans réalisation concrète.


Nous notons par ailleurs :

- L’absence d’investissement dans la rénovation énergétique des bâtiments municipaux finançables en grande partie par le plan de relance.

Et nous aurions bien besoin de baisser la facture énergétique de la mairie avec 900 000 € au budget.


- des frais de nettoyage qui explosent avec une augmentation de 30% de 2020 à 2021.


- quand on dépense à nouveau 246 000 € dans des horodateurs renouvelés en 2017 (soit 500 000 € en 5 ans, alors qu’on investit pour la 1ère fois 600 000 € pour la réhabilitation des commerces du centre ville, nous pensons que les commerçants vont apprécier…!


Concernant les horodateurs justement, nous constatons qu'il manque énormément de places de stationnement dans le centre ville et sa périphérie, si bien que des horodateurs ont été installés pour faciliter les rotations de stationnement de véhicules et éviter les voitures-ventouses.

Mais il nous semble que l’idée de cette municipalité a plutôt été de faire rentrer de l’argent dans les caisses de la commune (vu le tarif de stationnement et celui des PV).

Par ailleurs, voilà beaucoup d’argent dépensé pour des horodateurs qui ont coûté très cher et fonctionnent très mal si bien qu’ils doivent être changés (40 horodateurs, 6 785€ par horodateur dans la prochaine installation).

Notre proposition consiste à les supprimer et à mettre en place un système de stationnement en zone bleue comme cela se réalise maintenant dans la plupart des villes moyenne. Cela permettrait d’une part de faire revenir en ville la clientèle des petits commerces et d’autre part de ne pas coûter grand-chose au contribuable.




Autre grand sujet mais non débattus au Conseil Municipal et pour lequel nous vous présenterons un dossier complet.

La CCPRO nourrit le projet d’ouvrir en 2024 une usine de traitement et de valorisation en lieu et place de l’ancien incinérateur, tout près du Collège Jean Giono.


Nous rappelons que nous sommes pour un centre de tri, pour la tarification incitative et contre l’incinérateur.

L’importance financière des engagements, la complexité du projet et ses impacts imposent au préalable un large débat citoyen afin d’informer la population de l’intercommunalité.

Le débat étant actuellement largement occulté par la crise sanitaire.

À l’issu de cette concertation citoyenne, un référendum local devra être organisé pour trancher la question. Il en va de notre avenir commun pour les 20 ans à venir.



71 vues0 commentaire